Lettre à ma fille

Ma chipinette,

Tu as 15mois alors les mots qui vont suivre, tu ne vas pas les comprendre tout de suite. J’espère que tu liras cette lettre plus tard, et tu prendras la mesure de la tâche qui t’incombe.

Et oui, tu es si jeune, mais sur tes épaules, tu as déjà un sacré poids. Le poids d’être une fille. Une future femme dans cette société au masculin. Une future mère si tu le souhaites. Un maillon de plus dans cette société. Mais aujourd’hui, tu seras un maillon faible. C’est comme ça que le monde te voit aujourd’hui.

img_7067

Et c’est à toi de changer ça, à toi et à ta génération. Oui, j’emploie des mots forts, le changement. Cela a déjà été dit alors le mot a perdu un peu de son sens ces derniers temps. Mais TOI, et tes consoeurs, tu vas diriger le changement. Tu es le futur, parce que justement tu es une femme.

Je sais que c’est une tâche difficile, mais tu as derrière toi tes ainés, qui ont elles aussi menés leurs combats, des combats de longue haleine comme le droit de vote ou le droit à l’IVG, mais aussi des combats du quotidien. Il ne faut pas oublier le chemin qui a été fait: ton arrière grand-mère se tenait encore debout pendant le repas de son mari pour pouvoir le servir. Alors tu ne pars pas de rien.

Tu as aussi derrière toi ton papa, et toute une génération d’hommes qui encouragent et poussent les femmes à se mettre en avant, à combattre l’ordre établi.

Ton combat à toi va être d’établir une place digne de ce nom à la femme dans notre société. Une place à la hauteur de nos ambitions: être l’égale de l’homme dans tous les domaines.

Ton combat sera par exemple qu’à compétence égale, une femme obtienne le même salaire qu’un homme, qu’elle progresse de la même manière qu’un homme dans sa carrière, même si celle-ci décide de faire des enfants. En parlant d’enfants, ton rôle sera aussi de permettre aux femmes de faire des enfants sans aucune culpabilité. De mettre en place des facilités pour celles qui veulent mener tout de front.

Ton rôle sera aussi de parvenir au pouvoir, de montrer et démontrer qu’il ne faut pas forcement vendre son âme pour y accéder. Tu feras rimer les valeurs solidarité et travail, que le monde d’aujourd’hui veut absolument opposer.

Tu mettras notre Mère à tous, la Nature, la Terre, au centre de tout. Celle que l’on doit protéger à tout prix. Celle qui a été trop longtemps pillée de ses richesses.

J’espère surtout que tu vas apporter à cette société ce dont elle manque cruellement: la bienveillance, la compassion. Apprendre au monde que la gentillesse n’est pas une faiblesse, mais une force immense. Donner aux femmes qui sont parfois si dures entres elles la volonté de s’entraider, de se comprendre.

Pour ce qui est de ton frère, ne t’inquiètes pas, je m’en charge. Il va lui aussi avoir un rôle majeur à jouer dans ce future: te laisser de la place. Et de comprendre l’essentiel: une femme est libre, de ses choix, de son corps et de son esprit. Qu’aucun homme ne peut lui mettre de barrières. Il comprendra aussi ce que veut dire « non », qu’on ne juge pas une femme à sa tenue. Enfin et surtout, qu’une femme est son égale.

Peut-être trouves-tu cela un peu injuste, cette responsabilité, ce poids, pourquoi nous on fait rien ? Mais on fait, ma douce, on fait tous les jours. Inlassablement, on oeuvre pour vous faire de la place, la place que vous méritez. Mais très honnêtement, je crois que ma génération est arrivée au plafond de verre. Une barrière invisible que nous n’avons pas l’impulsion de briser. Seule une révolution pourra dépasser ce mur. Et cette révolution, j’en suis persuadée, c’est ta génération, toi, tes cousines, tes amies qui la mèneront. Parce qu’on va vous y préparer, on va vous donner confiance en vous, on va faire en sorte que jamais vous ne vous sentiez inférieur ou intimider face à un homme. Et on va préparer les hommes de ta génération à mener cette révolution à vos côtés. Ils seront vos alliés.

Je sais que cette tâche est difficile, mais en vous serrant les coudes vous y arriveraient. Be oui, au final, vous êtes quand même la moitié de l’humanité.

Je t’aime ma douce.

Maman.

img_7066

Publicités
Cet article a été publié dans Humeur, Parentalité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Lettre à ma fille

  1. Picou bulle dit :

    Très beaux mots! Et plein d’espoir. Je suis maman de deux filles moi-même, et je me dis que c’est une responsabilité de plus, de devoir les pousser vers le haut sans tomber dans la caricature…Si l’on y croit et qu’on est convaincu, je crois que ça fera partie d’elles, aussi. Ma mère ne m’a jamais « expliqué » le féminisme, mais m’a montré ce chemin comme étant naturel.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s